DIANA BOULAY, Sculpteure

PLASTIQUE MYSTIQUE

du 4 mai au 2 juin

 

  • slide

 

Visant à promouvoir un sérieux problème écologique,  j’utilise les plastiques non bio-dégradables de notre société depuis près de quarante (40) ans maintenant. Je les lave et les trie par couleur.  Quand une couleur s’impose,  je la mets en oeuvre pour écouter ce qu’elle a à me dire, et vous montrer ce qu’elle m’a dit à travers de scénarios descriptifs tels l'unité, les droits des animaux, les pluies acides, la menace du nucléaire, la psychologie, l'histoire etc. 

  

J’utilise des boîtes en acrylique pour étaler mes interprétations qui peuvent aussi être des installations.  Je n’utilise aucune peinture car je préfère jouer avec les tons et gradations d’une couleur et chacune suggère un monde qui lui est particulier.

 

N’utilisant aucune colle, le processus ''d’emboîtement'' des objets me livre un plus grand défi, celui de marier les objets comme s’ils étaient prédestinés à une telle rencontre, (j’utilise parfois les fils revêtus de plastique pour fixer les objets d'une façon permanente).

 

 

 

While aiming to promote the awareness of a serious ecological problem, I have been using society's non biodegradable plastic cast-offs for over four decades now.

 

I wash and store them by colour. When a colour imposes itself, I go to work listening to what it has to tell me, and show you what it said through descriptive scenarios of such themes as unity, animal rights, acid rain, threat of nuclear devastation, psychology, history, etc.

 

I use acrylic boxes to display these interpretations which can also be installations. I do not paint the objects as I prefer playing with the natural hues and gradations of a colour and each one suggests a world of its own. 

 

I do not use glue; it is a greater challenge for me to chance upon meaningful juxtapositions of the objects, as though they were predestined to interlock  (sometimes using plastic covered wire to permanently secure the objects).